De Kangding à Tagong

11 avril 2016
Passer de 2500 m d’altitude à 4300 m, surtout si la montée s’est faite en voiture, laisse parfois des traces. Certains n’ont pas trop apprécié cette ascension.
Les premiers mots de tête commencent à arriver, et puis il y a les vertiges, l’impression de flotter.

Aussitôt arrivé à Tagong, notre destination, chacun se dit qu’il arrive un peu dans le farwest. En dehors de la route principale, aucune autre n’est goudronnée. Au milieu de tout cela, il y a des cochons en errance, poursuivis par des chiens à qui ils contestent des détritus ou des charognes. Inutile de parler de code de la route. Ici c’est chacun pour soi en ayant le profond sentiment d’être celui qui décide. Il y a pêle-mêle, les voitures, les camions, les yaks, les chien, les motos, les cochons, les piétons, la poussière, le bruit, qui se suivent ou s’évitent. Et le pire, c’est que tout cela semble parfaitement fonctionner.image
Ce n’est pas tout ce brouhaha qui rend notre groupe étonnement calme. Non, l’altitude commence à produire ses effets sur nos corps de gens de la plaine. Il y a celui qui a mal au crâne, celle qui a mal au ventre, celui qui a brusquement une folle envie de dormir ou encore celui rend son repas de la veille. Il fait beau, alors le groupe décide de faire un peu de lessive même si les canalisations ont gelé. imageL’opération se fera donc “à l’ancienne”, c’est-à-dire qu’il faudra remonter l’eau du puit avec un seau au bout d’une corde avant de pouvoir effectuer le lavage. Il en sera de même pour la toilette. On avait annoncé, avant de partir, un voyage au plus près de la vie locale. On ne peut pas être mieux servi !!! Certain(e)s se demandent où ils sont tombé(e)s mais le moral reste bon malgré ces satanés effets de l’altitude.
On espère tous que la nuit sera la bienvenue pour remettre un peu d’ordre dans ces différents désagréments.

12 avril 2016
imageLa nuit ne nous a que partiellement remis sur pied. Il y a ceux qui ont eu trop chaud, ceux qui ont eu froid, ceux qui ont été malades, ceux qui avaient du mal à respirer… et toujours le crâne qui bat la chamade pour d’autres. On espère qu’un bon petit déjeuner et une marche vers une petite cité monastique devraient nous faire du bien. Seul souci, le temple est interdit aux filles. Nous partons quand même en se disant que nous pourrons peut-être nous arranger une fois arrivés sur place.

Bilan : une marche sous la neige qui fait du bien, des filles à qui finalement on accepte la visite, et des rencontres toujours plaisantes avec les locaux. C’est également l’occasion, pour nous, d’assister à des joutes oratoires entre jeunes moines tibétains guère plus âgés que nos jeunes.

image
La fin d’après-midi est laissée à l’initiative de chacun. Il sera possible d’aller voir un monastère en construction mais qui brille déjà et qui se situe à quelques centaines de mètres de notre logement, de faire l’achat de quelques souvenirs typiques à rapporter, ou de simplement récupérer (et ce n’est pas le plus inutile !)

Demain un trek plus conséquent se projette.

6 réflexions sur “De Kangding à Tagong

  1. Bonjour, on suit avec grand intérêt votre périple et nous sommes ravis de vous lire. Merci et bon rétablissement aux jeunes !

  2. Vous avez beaucoup de chance de vivre une telle aventure;

    Prenez en plein les yeux et pleins les sens (vs avez l’air d être servit à ce niveau là! )
    Ramenez nous de belles photos et de beau recits
    Vivez ces moments avec une grande intensité et impregnez vous de la sagesse Tibetaine!
    Vous etes entrain de vivre une periode extraordinaire de votre vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.