Pandas, angoisses et selfies

Cette matinée du 8 avril commence par un réveil matinal pour aller voir le centre d’étude et d’élevage de pandas de Chengdu. Le parc est imposant et nous n’aurons pas le temps de tout voir. Nous avons fait le choix d’arriver tôt pour les regarder en mouvement. imageLeurs pousses de bambou à côté d’eux, ils se délectent du meilleur de celles-ci en les triant calmement, assis sur leur postérieur. Les jeunes sont plus joueurs et découvrent leur environnement avec fougue et dextérité.

 

La 2nde partie de la journée sera consacrée à la découverte d’un immeuble dédié aux nouvelles technologies. Il y a ici, cinq ou six étages (on ne sait plus vraiment !) d’ordinateurs, de caméras, de téléphones… etc. Nous ne pourrons y rester qu’une heure alors qu’il faudrait plus d’une journée pour en faire le tour.
imageEntre les deux parties de la journée, notre guide nous fera découvrir un repas pris devant un petit restaurant comme il en existe des centaines au bord des rues débordantes d’activité, mais également le bus local et son chauffeur qui garde en permanence la main sur le klaxon (sans doute pour faire savoir qu’il existe). Nous utiliserons aussi le métro où certains vont connaître quelques angoisses. Il y a celui qui découvre qu’ici, comme dans les aéroports, il y a des contrôles de bagages. Comment faire pour passer avec le couteau suisse acheté seulement la veille ? Et puis il y du monde qui prend le métro et il n’est pas toujours facile de rentrer dans la rame. C’est comme ça que nous en perdrons un pendant une demi-heure. En effet, Alexandre n’a pas osé pousser pour rentrer dans le wagon et il est resté sur le quai. Nous voyons son anxiété à travers la vitre alors que le train redémarre. Il doit voir également la nôtre de partir sans lui. Comment va-t-on le retrouver sans moyen de le contacter ?image
Finalement, le bon sens fera que nous nous retrouverons vingt minutes plus tard avec un beau soulagement. Le couteau sera passé également sans encombre.
Le temps, pour certains, de faire les achats nécessaires pour les treks à venir et nous découvrons notre second restaurant local. Il y a du monde. Ce sont des jeunes qui dînent et qui saluent bruyamment notre arrivée. A peine rentrés, ils nous demandent si on accepte de faire des photos à leurs côtés. On ne peut leur refuser quelque chose qui nous paraît un peu étonnant mais assez simple. Le repas sera ponctué de nombreuses demandes similaires. Serait-on devenus des “stars” ? Non, c’est juste la mode des selfies qui a gagné l’empire du milieu. Et nos jeunes têtes blondes semblent être des sujets de choix !image
Il est temps de rentrer à l’hôtel… où d’ autres demandes de selfies seront réclamées.

4 réflexions sur “Pandas, angoisses et selfies

  1. C’est agréable et rassurant d’avoir des nouvelles.
    On vous suit avec beaucoup d’intérêt car on voyage un peu avec vous.
    On découvre vos péripéties relatées avec un brin d’humour .
    Bon voyage à tous .
    Famille Decomble

  2. Bonjour à tous,
    J’étais prête à parier 100€ sur la tête de celui qui est resté à quai…. il se reconnaîtra forcément! Bon le séjour ne fait que commencer alors Matteo reste près de ton guide.
    Profitez en bien et ramenez nous plein de belles images.
    Karine B

    1. Bonjour ! C est fou d avoir un fils tête en l aire mais on etait aussi persuadé si il s agissait de notre rejeton mdr !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.